Le Château de Montbras, un peu d'histoire...

Le Château de Montbras, un château Renaissance
visite panoramique 360 du château de Montbras voir les photos Chateau de Montbras Le château au XVIIe siècle - L'Illustration n°1272 -1867 Le château au début du XIXe siècle Château en 1874 avant remise en état Château après remise en état Façade ouest du Château en 1928 Façade ouest actuelle Façade est du Château dans les années 20 Façade est du Château aujourd'hui Chateau de Montbras Chateau de Montbras Statues du 16ème-17ème siècle - Chateau de Montbras Statues du 16ème-17ème siècle - Chateau de Montbras Chateau de Montbras Chateau de Montbras Chateau de Montbras Statue du 16ème-17ème siècle sur la façade ouest Chateau de Montbras Chateau de Montbras Chateau de Montbras Façade sud du château Façade est du château début XXème siècle - Chateau de Montbras Façade est du château aujourd'hui - Chateau de Montbras Vue depuis le parc du château - Chateau de Montbras Chateau de Montbras Chateau de Montbras Chateau de Montbras Chateau de Montbras Chateau de Montbras Salle de réception avec Buffet Louis XV - Chateau de Montbras Salle de réception début XXème siècle - Chateau de Montbras Médaillon avec le portrait d'Henri IV - Chateau de Montbras Chateau de Montbras Chateau de Montbras Chateau de Montbras Chateau de Montbras Grand escalier Grand escalier - Accès aux chambres Chapelle Chapelle Chapelle

UN MONUMENT D'UNE ARCHITECTURE REMARQUABLE

Les survivances féodales

Le château, élevé sur un terre-plein quadrangulaire, entouré de fossés secs, est de plan carré (57 × 60 m), les quatre corps entourant une cour, avec quatre grosses tours de plan bastionné aux angles. C’est une version modernisée du château médiéval. Toutes les façades extérieures sont couronnées d’un mâchicoulis couvert sur consoles : outre ce chemin de ronde, les meurtrières et les canonnières des tours bastionnées assurent un flanquement efficace et complètent un appareil défensif, qui, au début du XVIIe siècle, relève plus de raisons de prestige et de décoration que de fortification…

Un exemple abouti de la Renaissance tardive

L’entrée primitive se situait sur l’aile Nord, où subsiste une partie d’un somptueux portail. Contrairement à l’habitude, le corps de logis principal n’était pas l’aile Sud (disparue), mais l’aile Est, mieux exposée, avec sa terrasse. Cette façade sur cour est d’une parfaite ordonnance et d’une harmonieuse régularité : elle présente cinq travées de croisées, prévues pour être surmontées de hautes lucarnes (elles viennent d’être restituées), alternant avec quatre travées de niches à cul-de-four en coquille. Rythme élégant des travées éclairées et aveugles…
L’ensemble est rythmé horizontalement par les deux registres que délimitent des entablements identiques, et par deux frises de rinceaux en volutes ; verticalement par des paires de pilastres cannelés, ioniques et corinthiens encadrant chaque croisée, et de pilastres plats (avec volutes, branchage, et vases de fleurs) encadrant chaque niche, sommée d’un fronton brisé (avec une acanthe en acrotère).

Un décor extérieur raffiné

Du portail Nord, véritable entrée triomphale, ne subsiste que la partie gauche : pilastres doriques cannelés, à bossages vermiculés, entablement classique, fronton présentant des trophées d’armes ; faisceaux, lances, épées, carquois… La porte du logis en plein cintre aux écoinçons sculptées de Renommées présentait autrefois le blason des Verrières (aujourd’hui celui des de Chanteau). Six statues en pierre de Savonnières meublent les niches (déesses de la mythologie classique, au premier niveau ; allégories religieuses au deuxième niveau, rapportées au 16ème/17ème siècle. Les façades extérieures présentent des bossages vermiculés en pierre grise de Taillancourt, décorant les angles des tours et formant des chaînages harpés de bas en haut (défigurés par les modifications de la façade Est sur terrasse).
Les quatre-vingt-six consoles subsistantes sur lesquelles repose le mâchicoulis sont remarquablement décorées : feuillages et surtout mascarons fantastiques (têtes d’"indiens”, têtes de feuille), ce sont les grimaces de Montbras, curieuse galerie baroque. Des cartouches avec trophées ornent aussi le mâchicoulis.

 

SINGULARITES ET METAMORPHOSES DE MONTBRAS

Les partis-pris décoratifs

Nous ne connaissons ni l’architecte, ni les sculpteurs et les peintres des décors de Montbras… Il s’agit certainement de maîtres, s’inspirant des grandes réalisations de la Renaissance française (vulgarisées par Androuet du Cerceau) et très au fait des modes de cette époque Henry IV, ainsi la voûte en plein cintre surbaissé d’une des quatre grandes salles du logis a été peinte d’un ensemble de quarante-deux tableaux mythologiques, empruntés à La Métarmorphose d’Ovide figurée, fameux ouvrage de Jean de Tournes paru à Lyon en 1557, illustré par Bernard Salomon.
Les tableaux subsistants sont hélas très endommagés, mais ils témoignent du souci de Claude de Verrières et Louise des Salles, nobles cultivés et fortunés de ce début de l’Âge baroque, d’avoir leur cycle mythologique (comme alors au Palais ducal à Nancy) et d’y chercher quelque moralité, dans l’esprit des "emblèmes", très prisés à l’époque. De même, le décor peint et stuqué du "cabinet de Claude” présente des monogrammes clairs : double C : C = Claude, double lambda λλ = Louise, CDV=Claude de Verrières, AV=Amanty Verrières, mais aussi des cryptogrammes : S fermés, symboles de fidélité, de constance, et double φ (phi grec)= ?
S’opposant aussi face à face une peinture intitulée Dance des Topinambouc, reproduction de deux gravures de P. Firens (il s’agissait de six indiens du Brésil, "sauvages” amenés en France en 1613 pour être instruits dans la religion catholique) et une peinture montrant trois couples de courtisans, très civilisés… Comme dans le décor sculpté du château, se confrontent les jeux de la guerre (trophées militaires, panoplies) et ceux de la grâce amoureuse (fleurs, déesses, danse), ou de l’imaginaire exotique ("grimaces” des consoles, Topinambous). S’interpellent le profane et le sacré (mythologie païenne et affirmation de la Foy, décor de l’ancienne sacristie), le visible (armoiries) et le caché (cryptogrammes, rebus, devises – celle des de Salles : "La Tour du Seigneur est ma forteresse”).

De destructions en remaniements

Le château initialement rêvé par ses constructeurs n’a jamais été achevé, et la mort de Louise des Salles en 1611 a ralenti les travaux. Le deuxième étage prévu en façade (les trois hautes lucarnes actuelles) est resté amorcé, de même les volutes flanquant certaines niches…
D’après un plan de 1720, il ne restait alors des quatre corps de bâtiments d’origine que l’aile Est (logis principal), une portion de l’aile Nord et l’aile Ouest (entrée actuelle), mais cette aile disparut avant 1754, à l’exception des deux tours…
On sait aussi que la famille de Sommyèvre a considérablement remanié au XVIIIe siècle ce qui subsistait du château d’origine après les troubles (incendie ?) : cloisonnement des salles du rez-de-chaussée du logis ; destruction de l’escalier principal rampe sur rampe ; création des chambres du premier étage, pourvues de deux cabinets, et pour cela, désorganisation de la façade Est, sur terrasse, par des percements (fenêtres, porte) qui brisent les travées initiales ; reconstruction de la façade Nord, sur la cour… À une époque indéterminée, les tours sont arasées et perdent leur chemin de ronde. La tour Nord Est perd même ses consoles scupltées. À la Révolution, les armoiries sont bûchées, et après 1837, le château sert d’engrangements et se trouve en grand péril… La basse-cour et les dépendances du château sont devenues le village de Montbras.

De restaurations en restauration

Quand Francis de Chanteau acquiert Montbras en 1876, il y commence d’importantes restaurations, qui vont sauver le château. Il redécouvre les peintures des Métamorphoses très endommagées sous un badigeon, il recrée une chapelle (initialement dans l’aile Sud), il se fait le premier historien du château (grâce à sa formation d’archiviste), mais il meurt en 1882, à trente-trois ans… Madame de Chanteau puis ses héritiers continuent l’entretien, mais il faut attendre 1986 et l’achat du château par Claude Thomas pour que soient entrepris les travaux d’envergure qui permettent aujourd’hui la renaissance de Montbras et que manifestent, suite à la tempête de 1999, la restauration de la toiture du logis principal, et la restitution de six lucarnes du logis (sur le modèle de celle qui subsiste sur l’aile Nord).
Les projets de créer une ressource hôtelière de qualité, combinés à la promotion du tourisme culturel en sud-ouest lorrain, permettent d’espérer une nouvelle prospérité pour Montbras !

En 2016, nous arriverons à 30 ans de travaux ininterrompus, avec la fin de l’intervention sur les façades.

 
Hostellerie de L'Isle en Bray
3 Rue des Erables, 55140 Montbras - Tél : 03 29 90 49 90
>Contactez-nous